Notre radio

Notre radio

02 septembre 2013

Haine et violences antisémites en France (2000-2013), un premier bilan : Marc Knobel sera mon invité le 8 septembre




Nous allons reprendre la série "Rencontre" par un sujet grave, puisque nous allons évoquer la forte remontée de l'antisémitisme en France depuis le début des années 2000. Vous nous entendrez le dimanche 8 septembre en principe, donc juste après avoir fêté Roch Hachana pour nos auditeurs de la Communauté : nous nous devons, comme à chaque début d'année juive, d'espérer en un avenir meilleur, en tout cas pour l'an nouveau souhaiter que 5774 soit douce et paisible aussi bien ici en Diaspora qu'en Israël, et pourtant les nuages ne cessent de s'accumuler. Mes auditeurs fidèles savent que, même si je suis heureux de vous faire entendre des invités de toutes origines et sensibilités, je tiens toujours en ce mois si particulier de fêtes juives à avoir sur mon plateau des invités de notre Communauté. Et ce sera Marc Knobel dimanche prochain. Je l'avais reçu au début de l'année pour son livre "L'Internet de la haine", aux éditions Berg International ; c'est un historien de formation, auteur déjà de plusieurs ouvrages et actuellement chercheur au CRIF. Nous nous retrouvons pour parler d'un autre livre paru chez le même éditeur, "Haine et violences antisémites, une rétrospective 2000-2013" : c'est un ouvrage imposant de quelques 350 page, une vraie référence pour ces évènements qui appartiennent à la fois à l'Histoire proche et à l'actualité ; et il m'a semblé que 25 minutes d'émission c'était vraiment trop court pour en parler. J'ai donc décidé de partager notre entretien en deux parties ; le 8 septembre nous suivrons la chronologie des faits de 2000 à 2006, en rappelant comment une minorité nocive de jeunes musulmans, pour l'essentiel, a agressé la communauté juive à partir de la seconde Intifada et après ; et puis dans une seconde émission, nous évoquerons les années suivantes et nous verrons où nous en sommes aujourd'hui ; en analysant aussi comment toutes les composantes de la société française ont réagi.

Parmi les questions que je poserai à Marc Knobel :

-        Le premier chapitre évoque la vague incroyable d'agressions antisémites qui ont démarré en France, en octobre 2000, juste en même temps que "l'Intifada des Mosquées" déclenchée par Yasser Arafat : du 1er au 25 du mois, on a compté 37 agressions contre des Synagogues et des écoles juives, 6 incendies, 18 jets de cocktails Molotov, 7 agressions physiques, en majorité à Paris et en région parisienne : le profil des agresseurs a-t-il été rapidement défini à l'époque, à la fois par la police et dans les médias ?
-        Le livre cite l'explication donnée par Mehdi Lallaoui, figure du mouvement associatif des banlieues depuis les années 80, qui a mis en cause les images des violents affrontements israélo-palestiniens en disant : "pour moi, c'est une identification dans un monde de l'image. Ces jeunes gens se sentent solidaires et, par amalgame, s'attaquent à des cibles juives à défaut de cibles israéliennes". Des propos qui ont indigné l'auteur, pourquoi ?
-        Le livre suit la chronologie de ces années terribles : 2001 avec un pic de violence après le 11 septembre, 2002 avec une nouvelle flambée au moment de l'opération "Rempart défensif" fin mars. Alors on pourrait penser que plus la violence revient dans le conflit palestinien et est médiatisée, plus les Juifs de France sont attaquées : on aura ainsi un nouveau "pic" en janvier 2009 avec la guerre de Gaza, avec 352 actes antisémites. Mais ce que j'ai découvert, c'est la non cohérence des statistiques parfois, par exemple l'année record a été 2004, avec 970 faits antisémites enregistrés, dont 200 actes violents alors que l'actualité était plus calme : n'est-ce pas particulièrement inquiétant ?
-        Le chapitre 2 est intitulé "Djihadistes et antisémites à l'assaut du Web", on y lit qu'en 2002, sur les sites musulmans, les forums des lecteurs étaient uniquement consacrés au conflit israélo-arabe, avec pour la grande majorité des intervenants un manichéisme total, "les Israéliens étant les bourreaux et les Palestiniens les victimes" : est-ce toujours le cas aujourd'hui, alors que depuis l'intervention américaine en Irak et les révolutions arabes il y a eu des centaines de milliers de victimes dans des conflits entre Musulmans ? Est-ce qu'un antisionisme radical, n'envisageant aucune survie possible pour l'état d'Israël, est l'opinion qui dominante sur ces sites ?
-        Un chapitre détaillé de 25 pages est consacré aux télévisions arabes et iraniennes et à la propagande antisémite qu'elles véhiculent, hélas, souvent. La chaine Al Manar du Hezbollah, contre laquelle le CRIF a mené une campagne pour que sa diffusion par satellite d'Eutelsat soit arrêtée ; les chaines islamistes égyptiennes Al Nas et Al Rahma, ceci sans oublier bien sûr le prédicateur haineux Al Qardawi sur Al-Jazeera. Tout un chacun peut voir des extraits de ce qu'on peut entendre sur ces chaines en visitant le site "Memri.org", or aucun journaliste français, à ma connaissance, n'a publié le moindre article là-dessus, est-ce par ignorance ou par parti-pris idéologique ? Ensuite, d'un point de vue pratique, n'est-ce pas un combat perdu d'avance dans la mesure où on peut les capter sur l'Internet ?

Des questions angoissantes, alors-même que la situation peut "déraper" à nouveau au Moyen-Orient, avec à nouveau une vague de violence contre notre communauté ... j'espère donc que vous serez nombreux au rendez-vous !

J.C