Notre radio

Notre radio

15 mai 2010

Où va la Turquie ? Alain de Savigny sera mon invité le 23 mai


Nous allons parler dimanche prochain d’un grand pays un peu négligé dans ma série au cours des dernières années, alors même que, hélas, il semble avoir, de plus en plus, pris une orientation géopolitique inquiétante. Ce grand pays, c’est la Turquie, un des géants du Moyen-Orient : longtemps considéré comme un pont entre l’Europe et le monde musulman, allié de l’Occident, ami d’Israël, il a amorcé un virage diplomatique presque à 180° depuis environ un an. Mais cela est venu couronner, aussi, une lente dérive amorcée depuis l’arrivée au pouvoir de parti dit des « islamistes modérés » de l’actuel Premier Ministre Erdogan. Pour en parler, j’aurai le plaisir de recevoir Alain de Savigny, un invité assez original puisqu’il n’est ni journaliste, ni enseignant, mais d’abord un homme d’affaire dans le civil et un historien par passion. Alain de Savigny a dirigé des entreprises multinationales, et habité dans plusieurs pays. Il a été fasciné par l’histoire de l’Empire Ottoman, et il s’est énormément documenté, en étant en particulier auditeur en histoire ottomane au Collège de France et à la Sorbonne - il fait donc partie des très rares spécialistes de la question ! Cette passion l’a conduit à écrire une série de romans historiques, en fait une trilogie qui se déroule tout autour de la Méditerranée à l’époque la plus glorieuse, celle de Soliman le Magnifique. Le premier tome intitulé « L’espionne ottomane » est paru au début de l’an dernier et a reçu un prix « Méditerranée 2009 », rapidement suivi par le tome 2 , « La Sublime Porte », du nom du gouvernement ottoman : ce sont d’imposants pavés de quelques 500 pages, très documentés, avec un glossaire et des cartes à la fin ; j’avoue n’avoir eu que le temps de les parcourir, mais on en parlera seulement en première partie d’émission, la deuxième moitié étant consacrée à la Turquie d’aujourd’hui, celle qui nous inquiète.


Parmi les questions que je poserai à Alain de Savigny :

- Pourquoi cette fascination pour l'Empire Ottoman?
- Dans son roman on retrouve face à face, et dans des lieux géographiques différents - Istanbul et la Turquie, bien sûr, le port d’Alger, repère des pirates barbaresques, Venise et la Méditerranée, les Balkans et le Proche Orient -, deux mondes ; d’un coté l’univers ottoman en même temps siège du Califat islamique, et de l’autre le monde chrétien, avec soit des petites puissances, comme la République de Venise qui commerce avec les Turcs tout en perdant du terrain petit à petit, soit l’Empire espagnol de Charles Quint en guerre avec lui ; mais entre les deux, et c’est là que cela devient intéressant, il y a des Chrétiens qui travaillent pour « la Sublime Porte » : comment expliquer leurs parcours ?
- Concernant la partie la plus cultivée des Turcs, ceux qui ont fait des études, qui sont cadres dans l’industrie ou la finance, qui vivent dans les grandes villes, se sentent-ils dans le fond plus proches de l’Europe que de leur voisinage immédiat, qui est musulman ? Le retour en force de la religion - une réalité que constatent tous les observateurs, entre le nombre de femmes voilées dans les campagnes ou le nombre de mosquées neuves qui ont poussé -, est-il l’effet passager d’un rapport de forces politiques, avec le succès électoral de l’A.K.P ? Ou alors, le succès de ce parti dit « islamiste modéré », n’est-il pas en fait le symptôme d’une réalité bien inquiétante, à savoir l’échec de la révolution laïque d’Atatürk ?
- Que penser de la hausse de l’antisémitisme et de la xénophobie dans le pays ?
- il y a une forte opposition des opinions publiques chez nous contre l’adhésion de ce pays à l’Union Européenne. D’un autre coté, on a l’impression que le gouvernement turc est furieux de cela, et qu’il s’est rapproché par réaction des pires anti occidentaux du voisinage : alors que faire ?


J’espère que vous serez nombreux à l’écoute pour cette passionnante émission !

J.C