Notre radio

Notre radio

02 octobre 2010

L'immigration, mythes et réalités : Michèle Tribalat sera mon invitée le 10 octobre



Nous allons aborder dans cette série un sujet qui, je le sais, préoccupe beaucoup d'auditeurs de la fréquence juive, et ce sujet c'est l'immigration. Nous savons que les vagues d'immigrés qui sont venues vivre en France sont anciennes, qu'elles ont été et qu'elles demeurent de toutes origines : mais force est de constater que l'immigration des dernières décennies est venue en majorité des anciennes colonies, Maghreb et Afrique Noire, donc de pays musulmans et ceci explique pourquoi l'islam est devenu la deuxième religion de France, avec environ 10 % de la population totale. Il était donc logique que l'on traite de ce sujet dans ma série radiophonique, et pour en parler j'ai invitée un expert de la question puisqu'il s'agit d'une démographe, Madame Michèle Tribalat. Michèle Tribalat, est directeur de recherche à l'INED, Institut National d'Etudes Démographiques, et elle vient de publier un ouvrage que j'invite vraiment les auditeurs et lecteurs de ce blog à acquérir : "Les yeux grands fermés", avec en sous-titre "L'immigration en France" (éditions Denoël). C'est un livre très technique, qui fournit d'abondantes références d'études statistiques, de calculs, que l'on trouve dans des rapports universitaires ou sur des sites d'instituts français ou étrangers, bref des données chiffrées, non accessibles au grand public et qui manquent toujours dans les discours des médias ou des politiques ; ensuite, et c'est important de le préciser ici, son livre ne s'aventure absolument pas dans des sujets polémiques comme l'intégration des Musulmans en France, ou le débat à propos de l'identité nationale, ou encore plus récemment le lien fait par certains entre insécurité et immigration. Son livre se concentre d'abord sur des faits, et il est axé sur l'économie, sans déraper sur le terrain politique même s'il ne se prive pas de dénoncer les pressions qui empêchent le débat.

Parmi les questions que je poserai à Michèle Tribalat :

- Vous évoquez une augmentation de l'immigration depuis le milieu des années 90, avec un "pic" d'entrées en 2003 supérieur à 200.000 immigrants, dont 173.000 en provenance de pays non européens, donc majoritairement d'Afrique noire et du Maghreb : quel ordre de grandeur pour les entrées régulières actuellement ? Et que pensez-vous de l'estimation qui dit que l'immigration irrégulière est équivalente en volume à la régulière ?
- Vous écrivez que finalement le flux principal de l'immigration, ce sont les mariages avec des conjoints de la même origine que les immigrés déjà sur place - avec des chiffres de 80 % d'unions entre originaires du même pays pour les Algériens, ou les Turcs ; et vous dites même que la fameuse "mixité" vantée pour les unions entre immigrés et Français est un leurre puisqu'il concerne surtout les Français d'origine étrangère : est-ce que la religion musulmane majoritaire de ces populations, et surtout le retour à la religion, joints à une absence de mixité sociale, ne contribuent pas à alimenter ce phénomène ?
- vous citez l'intrusion grandissante du pouvoir juridique qui limite le pouvoir des gouvernements, mais aussi les institutions européennes - Commission, Parlement - qui encouragent une immigration sans limite, alors même que les opinions publiques y sont de plus en plus hostiles. En quoi consiste l'idéologie que vous appelez "Progressisme transnational" et qui combat toute règlementation des flux migratoires ? Et est-ce que - si on prend le contre-exemple de l'Angleterre, où la protection sociale est très réduite par rapport à la France, mais où on a eu une importante immigration de travailleurs - ce n'est-ce pas plutôt une économie ultra-libérale qui a ouvert les frontières ?
- Même si on comprend que l'afflux d'immigrés peu qualifiés et acceptant d'être mal payés contribue à baisser les salaires des moins qualifiés, on peut vous contester sur deux points : d'abord l'immigration préférentielle de diplômés, que vous recommandez, risque elle aussi de diminuer les salaires des plus qualifiés. Ensuite, il y a la difficulté à modéliser des grilles de salaires hors immigration - puisque c'est purement spéculatif : est ce que cette compression salariale en Europe n'est pas, d'abord, due à la mondialisation et aux gains de productivité ?
- vos chiffres révèlent une implantation très fortement inégale des populations issues de l'immigration : il y a 18 % d'immigrés et enfants d'immigrés au niveau national, mais 37 % en région parisienne et 41 % sur Paris ; et le contraste est bien sûr encore plus saisissant si on compare les communes de Province de moins de 10.000 habitants et certaines banlieues des grandes villes. Comment l'expliquer ? Est-ce du à l'arrivée massive des nouveaux venus, à la forte natalité des femmes immigrées ou à la "fuite" des Français d'origine ?

Une émission que j'espère passionnante, et sur un sujet trop polémique et trop biaisé par les partis pris idéologiques, de droite comme de gauche ... j'espère que vous serez nombreux à l'écoute dimanche prochain.

J.C