Notre radio

Notre radio

18 mars 2007

L'Iran, la bombe et la démission des nations : Thérèse Delpech sera mon invitée le 25 mars

C’est une émission assez exceptionnelle que je vous proposerai dimanche prochain, en raison de la qualité de mon invitée, puisque je recevrai Mme Thérèse Delpech. Thérèse Delpech est chercheur au Centre d’Etudes et de Recherches Internationales (lire sa présentation sur le site du C.E.R.I), et elle est également Directeur des Affaires Stratégiques au Commissariat à l’Energie Atomique depuis 1997. Nous allons parler de son ouvrage « L’Iran, la bombe et la démission des nations », (Editions « Autrement », prix : 15 E). C’est un livre extrêmement concentré puisqu’il tient en à peu près 130 pages, mais qui donne les informations les plus complètes et les plus à jour, en tout cas à la date de sa publication c'est-à-dire en avril dernier, sur ce sujet absolument angoissant de la course de l’Iran vers l’arme nucléaire.

Je serai particulièrement heureux de recevoir Thérèse Delpech sur le plateau de Judaïques FM: d’abord parce qu’elle fait partie des meilleurs experts sur le sujet ; elle participe à un très grand nombre d’instances internationales, comme l’A.I.E.A (Agence Internationale de l’Energie Atomique), l’Institut International d’Etudes Stratégiques de Londres, des commissions des Nations Unies, et on le voit bien en suivant sur son livre les réunions de ces instances. Et puis, aussi, je serai heureux de la recevoir parce qu’elle n’est pas uniquement un expert froid de ces questions. Ancienne élève de l’École Normale Supérieure, agrégée de Philosophie, elle a obtenu en 2005 le prix Fémina de l’essai pour un autre livre,"L’ensauvagement" (Éditions Grasset) où elle a aussi parlé de la montée des risques de guerre dans le monde entier : nous évoquerons aussi l’enjeu éthique du nucléaire iranien, et de la « démission des nations » pour reprendre son titre, avec les menaces de destruction de l’état d’Israël. 

A noter que, contrairement à une majorité d’experts qui se disputent les tribunes des journaux pour expliquer que, face à l’Iran, il est urgent de ne rien faire - et qui prennent un malin plaisir à démontrer qu’aucune sanction ne saurait être efficace -, mon invitée s’est courageusement engagée : elle est signataire de la pétition "appel aux dirigeants européens pour la fermeté face à l'Iran", dont nous avons souvent parlé sur le blog (cliquer sur le libellé en fin d'article).

J.C