Notre radio

Notre radio

02 avril 2018

Le Liban veut-il la guerre ? Jacques Benillouche sera mon invité le 8 avril

Le Président libanais Michel Aoun

J’aurai le plaisir d’avoir comme invité dimanche prochain Jacques Benillouche, et c’est un invité que les auditeurs de Judaïques FM connaissent bien. Pour rappel, c’est le correspondant en Israël du journal en ligne "Slate.fr" et le directeur du site Internet "Temps et Contretemps". Le titre que j’ai choisi pour ma prochaine émission est volontairement provocateur, puisque je l’ai intitulée : « Le Liban veut-il la guerre ? ». Je pense que la majorité de nos auditeurs sont au courant des risques d’escalade et de conflit généralisé au Moyen-Orient, une guerre qui opposerait Israël à l’Iran par alliés interposés, Hezbollah au Nord, et peut-être aussi Hamas au Sud et même Syrie, bien que ce pays soit épuisé par sept ans de guerre civile. Mais au-delà de la géopolitique et de l’intérêt ou non qu’aurait la République Islamique de s’attaquer maintenant à Israël, il y a un acteur que les observateurs oublient, c’est l’Etat libanais et donc nous en parlerons.

Parmi les questions que je poserai à Jacques Benillouche :

-          Il y a à Beyrouth un Président de la République, Michel Aoun, chrétien maronite, dont le parti - le « Courant patriotique libre » -, est allié au Hezbollah. Il partage le pouvoir avec un Premier Ministre, Rafic Hariri, qui est Sunnite d’après la Constitution ; or ce chef du gouvernement appartient au camp opposé, réputé proche de l’Arabie Saoudite. On a en théorie une forme d’union nationale, mais n’est-ce pas le camp pro-iranien qui domine largement ?
-          Le Président Michel Aoun a déjà une longue carrière derrière lui puisqu’il a 83 ans, et il n’est devenu chef de l’état que fin 2016. Quel a été son parcours politique ?
-          Un des articles publiés sur « Temps et Contretemps » était intitulé « Quel mouche a piqué Michel Aoun ? », après ses propos où il prétendait « qu’Israël ne serait pas en mesure de gagner une guerre contre le Liban ». Est-il d’accord pour faire de son pays une gigantesque usine où les Iraniens fabriqueront des milliers de missiles beaucoup plus sophistiqués que les 150.000 roquettes déjà en possession de l’organisation chiite ?
-          La tension entre Israël et le Liban est encore montée au début de l’année avec l’apparition de deux nouveaux contentieux. Lorsque l’armée israélienne a évacué le Sud Liban en 2000, elle se repliée derrière l’ancienne ligne d’armistice de 1949, et cela avait été reconnu par l’ONU. Or le Liban conteste cette frontière, et il refuse à Israël le droit de construire un mur de protection sur cette ligne : quels sont ses arguments ?
-          Deuxième contentieux, celui concernant une zone de prospection off-shore. On sait qu’Israël s’apprête à explorer une zone maritime très riche en gisements de gaz, qui jouxte la zone d’exploitation relevant de la souveraineté libanaise. Le Liban refuse toute négociation directe en l’absence d’un accord de paix entre les deux pays, tandis qu’un arbitrage international impliquerait la reconnaissance indirecte par le Liban de la légitimité de l’État d’Israël, ce que les Libanais refusent. Comment imaginer une solution pacifique dans ces conditions ?
-          Alon Ben Meïr est un professeur rattaché à l’Université de New-York, spécialiste de la géopolitique du Moyen-Orient. Dans un article daté du 14 mars et intitulé « Est-ce qu’une guerre entre Israël et l’alliance Iran-Hezbollah est inévitable ? », il donnait son analyse après les très graves incidents à la frontière syrienne. Pour lui, aucun des acteurs n’a vraiment d’intérêt à une guerre, mais il n’exclue pas un déclenchement accidentel et non voulu : que peut-on en penser ?
-          Il y a eu des avertissements très clairs des responsables de la défense en Israël, disant que les erreurs du conflit de 2006 ne seraient pas répétées : que sait-on sur la préparation de Tsahal à ce conflit ?

Un sujet extrêmement préoccupant, car une nouvelle guerre entrainerait des pertes beaucoup plus lourdes, en Israël comme au Liban : soyez nombreux au rendez-vous !

J.C