Notre radio

Notre radio

30 janvier 2018

Iran : pourquoi ce silence ?



Il y a quelque chose d’à la fois étrange et révoltant dans le traitement de l’actualité concernant l’Iran par nos grands médias. Lorsque des manifestations - réprimées de manière de plus en plus brutale, avec des dizaines de tués et des milliers d’arrestations – ont éclaté au tournant de la nouvelle année, les journaux et télévisions en ont rendu compte avec une certaine incrédulité : était-ce une révolution ? Et pourquoi ? Téhéran restait plutôt calme, et on en a aussitôt conclu que le régime n’était pas menacé.

Certains ont interprété les troubles comme un règlement de compte entre factions opposées de la République Islamique. Beaucoup ont évoqué les espoirs déçus mis dans le Président Rouhani, et pratiquement tous ont pointé un doigt accusateur vers les Etats-Unis, coupables de vouloir saboter l’accord sur le nucléaire de 2015 en empêchant dans les faits, les investisseurs étrangers de revenir. Certes, Donald Trump comme Benjamin Netanyahu ont exprimé leur sympathie envers les manifestants, mais chez nous, il y a eu en réaction la déclaration bien décevante d’Emmanuel Macron disant que « les Etats-Unis, l’Arabie Saoudite et Israël tiennent quasiment un discours qui va nous conduire à la guerre en Iran » (lire ici) !

Ceci explique-t-il cela ? Il semble que la ligne officielle de la France, non contestée comme ne l’est pratiquement jamais notre politique extérieure, influence les grands médias. En tout, les journalistes ne se bousculent pas pour rapporter ce qui se passe depuis plusieurs semaines à l’intérieur de la République Islamique. Or, il suffit de consulter des sites d’opposition pour avoir des informations démontrant que rien n’est fini, même si le pouvoir tient encore tant que les forces de l’ordre ne basculent pas franchement. Photos, vidéos, témoignages, il suffit de les consulter !

Deux adresses, donc pour avoir de tels infos :

-          Celle du NCRI (Conseil National de la Résistance Iranienne)

-          Celle de l’opposition monarchique (adresse : iran-resist.org) ; voir par exemple son historique, très détaillé, sur ce lien .
On peut, par exemple, critiquer les analyses passées et présentes de ce dernier site, mais le fait est qu’il rapporte des éléments reçus directement du pays, et qui dévoilent des informations absolument ignorées en France : grèves ; attaques contre les forces de l’ordre ; slogans hostiles au régime ; et, par endroit, réelle prise de contrôle sur le terrain par des foules en révolte.

Je publie donc quelques photos trouvées sur ce site, en espérant que ce modeste blog permettra de les partager comme je l’ai fait à partir de ma page Facebook.

-          En haut de cet article, une file de camions citernes près d’Ispahan, où une grève a été lancée dans les raffineries ;


-          Ci-dessous, la photo d’une femme retirant publiquement son voile ;






-          Et ci-dessous, enfin, le slogan « Mort à Khameneï » peint et un manifestant cagoulé disant tout le mal qu’il pense de l’Ayatollah Khomeini, fondateur de la République Islamique.




Pour mieux comprendre l'oppression subie par la société dans ce pays, je me permets de renvoyer les lecteurs de passage au très riche dossier consacré au pays et publié l'année dernière sur le blog (voir en lien permanent, en colonne de gauche et sous le libellé "Voyages en Orient", le titre "Iran").

Un dernier mot à propos de tous ces évènements : je devrais recevoir à la fin du mois de février une invitée d’origine iranienne, vivant en exil à Paris. Politologue, elle nous donnera son analyse sur l’origine de ces troubles qui – peut-être – finiront par donner à la longue une véritable révolution.

J.C